Christophe Pacalet, Beaujolais-Villages, 2016 (Beaujolais-Villages)

45,00 

(soit 6,75 € la bouteille)

Un gamay haute-couture signé d’un des grands maîtres du Beaujolais, gorgé de fruits et d’amour.

En stock

Categories: , ,
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Partager sur :

Description

Pour la petite histoire
Facile et pas facile à la fois d’être le neveu d’un des plus grands vignerons « nature » de tous les temps, en l’occurrence Sa Majesté Marcel Lapierre. Humblement et consciencieusement, Christophe Pacalet a d’abord appris pendant 10 ans les secrets du gamay noir à jus blanc aux côtés du tonton, avec qui il a créé le domaine Les Marcellins, avant de voler de ses propres ailes et de nous offrir aujourd’hui son propre idéal du Beaujolais : des jus vivants, croquants, entièrement au service du fruit et du plaisir de ceux qui les goûtent.
Gouleyant, frais, fruité, profond et minéral, évidemment garanti sans intrant à l’exception d’un soupçon de souffre à la mise, ce Beaujolais-Villages est une oeuvre majeure d’un des plus grands artistes-vignerons du Beaujolais.

Portrait chinois
Si j’étais un fruit : un fruit rouge, mûr et croquant.
Si j’étais un minéral : cailloux et granit
Si j’étais un plat : artichauts poivrade sautés, charcuterie, raclette, salades, chou-fleur rôti aux épices, veau, volaille, fromage…
Si j’étais toi : je goûterais

Informations techniques
Cépage : Gamay noir à jus blanc
Degré d’alcool : 13,5%
Terroirs : Caillouteux d’alluvions anciens et granit altéré à faible profondeur
Vendanges : Manuelles. Les raisins, soigneusement triés, sont transportés en caissettes de 25 kilos.
Vinification: Macération carbonique à froid en grappes entières sans SO2 avec les levures indigènes pendant 10 à 20 jours, décuvage manuel suivi d’un pressurage sur un pressoir vertical en bois.
Elevage : Sur lies fines, sans SO2, en foudres et cuves béton pendant 5 à 8 mois.

Recommandations d’usage :
Température de service : 13-15°. Je blague pas, c’est important.
Les vins en BIB™ gagnent toujours à être servis, carafés ou mis en bouteille un quart d’heure avant leur dégustation. Mais ils sont quand même très bons si vous les servez directement au robinet…
A boire dans les 6 à 8 semaines après ouverture. Ce n’est pas très précis, c’est vrai, mais pour vous rassurer, nous nous engageons à vous rembourser un BIB™ qui serait parti en sucette avant 4 semaines d’ouverture.
Stockez-le à l’abri de la lumière et de la chaleur, idéalement à une température inférieure à 22°C. Evitez de l’entreposer près de votre cuisinière ou devant une fenêtre, par exemple…
A consommer dans les 3 mois après achat. Au-delà, on ne répond plus de rien.

Crédit photos: Philippe Gueguen (gueguenphilippe.net)

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Christophe Pacalet, Beaujolais-Villages, 2016 (Beaujolais-Villages)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go to top